Princesse en détresse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Demi-dieu (STAFF)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://imitheos.forumactif.org/t65-enjoy-life-joshua http://dark-knights-rpg.forumpro.fr/
Date d'inscription : 04/09/2016
Messages : 49
Drachmes : 23
Ascendance : Fils de Dionysos
Occupation : Boire
Joshua E. Rosenbach
Demi-dieu (STAFF)
Lun 10 Sep - 23:28
Joshua sort de chez lui en sifflant, une serviette sur l’épaule, un sac sur l’autre. Comme chaque fois qu’il met les pieds dehors, il y a le masque, son masque. Cette expression réjouie d’imbécile heureux. Cette farce qu’il s’est construite, pour que tout le monde y croit. Peut-être qu’à force, il finira par y croire, lui aussi. Croire à ses rêves, croire à son avenir. Croire au pardon. Quelle naïveté. Son cœur, lui, n’y croit pas. Il n’est ni aveugle, ni stupide. Il sait, il saura toujours ce qu’il est vraiment. Un raté. Un incapable. Ce n’est pas faute de lui faire oublier. Les fêtes, l’alcool qui coule à flot… S’amuser entre deux cours. Passer son temps libre à rire, faire l’imbécile, penser à autre chose. A tout, sauf à elle.  A n’importe quoi, sauf à son absence. « Profite de la vie pour moi » lui avait-elle dit en expirant son dernier souffle. Il a juré, et il tient sa promesse. Mais il en est prisonnier, piégé, fait comme un rat. Il sait, au fond, qu’il ne pourra jamais s’évader.

Ses pas le conduisent vers l’Agora. Un chemin qu’il connaît comme sa poche, à tel point qu’il n’a même plus besoin d’y penser. Ses jambes l’y mènent d’elles-mêmes. Il faut dire qu’il a bien souvent foulé les dalles de cette voie, qui part du quartier ouest et débouche au centre de la cité. Et le linge sur son épaule ne laisse aucun doute quant à sa destination : les thermes. S’y baigner est de loin son occupation préférée, après les soirées arrosées. Il y retrouve souvent son pote Chris, d’ailleurs. Ensemble ils savent mettre l’ambiance, au grand damne des usagers qui souhaitaient profiter d’un peu de calme et de tranquillité.

C’est alors qu’il la voit. Ou l’entend, plutôt. Une voix aigüe, assurément mécontente, qui proteste contre le manque d’estime qu’on lui accorde. Une voix de femme, une voix familière. Joshua tourne la tête dans sa direction, et il reconnaît aussitôt sa propriétaire. Comment l’oublier ? Une jeune fille, dans la fleur de l’âge, sans doute à peine plus de dix-huit printemps. Une petite blonde, au regard fier, à l’expression outrée, qui houspille celui qui a eu le malheur de l’insulter. Il se souvient très bien d’elle, oh que oui. Il l’a croisée pas plus tard que la veille.

Elle était la proie d’une drakaina, particulièrement déterminée, qui s’était aventurée bien trop près. Joshua était, pour une fois, de sortie. Enfin, pas exactement. Disons qu’il avait eu besoin d’une longue sieste pour récupérer de ses excès de la nuit d’avant. Il s’était isolé, comme chaque fois que la nostalgie s’empare de lui. Il avait sorti son carnet de dessin, et avait commencé à capturer le paysage inédit d’un arc-en-ciel. Et puis il s’était endormi. Et c’était un cri qui l’avait éveillé. Son cri, sa voix, apeurée et déterminée tout à la fois. Il s’était redressé vivement, avait dégainé son crayon de papier fétiche, qui était devenu un bâton de combat, et s’était élancé.

Joshua manque d’assurance. Joshua n’a pas, n’a plus confiance en lui. Joshua doute de lui, sans arrêt. Il n’a jamais repris le métier de Seeker, depuis son cuisant échec, le drame de sa vie. Pourtant, hier, il n’a pas hésité. Il a laissé parler son instinct de demi-dieu, de héros. L’espace d’un instant, il s’est enfin senti à la hauteur. Et il a surgi des fourrés, s’interposant entre le monstre et sa proie. Bloquant ses crocs sur son bâton. Il l’a enivré, d’un simple regard déterminé. La bête s’est mise à chanceler, devenue gauche et maladroite, mais toujours hargneuse. Mais Joshua n’a pas faibli. Il l’a immobilisé, progressivement, grâce aux vignes. Et finalement, il lui avait porté le coup fatal, tout ceci en moins d’une minute.

L’adrénaline passé, il s’est retourné et lui a tendu la main, souriant pour la rassurer. Mais elle est bien vite repartie, blessée dans son orgueil, ne lui adressant un « merci » que du bout des lèvres, comme si elle renonçait à son bien le plus précieux.

Et aujourd’hui, la voici de retour. Le fils de Dionysos est intrigué ; que se passe-t-il ? Il s’approche, les mains dans les poches, l’air de rien. Sentant que les choses commencent à dégénérer, il s’interpose entre la jeune fille et son interlocuteur.

- Eh Danny, justement je te cherchais, c’est Sully qui m’envoie. Elle a besoin de ton aide. Elle est au temple de son père.

Sully, c’est une descendante d’Hermès, l’une de ses connaissances, pour qui Danny a un petit faible. Un gros, même. Oh, elle n’est pas au courant qu’elle a besoin d’aide, mais Joshua sait qu’elle fera contre mauvaise fortune bon cœur. Surtout quand il lui donnera un saut de vin du meilleur cru en guise de remerciement. L’individu le regarde d’un air suspicieux. Mais Joshua est populaire. Joshua a ce sourire d’ange qui oblige à faire confiance et pardonner. Danny doute un instant, mais le risque de faire défaut à sa belle l’emporte. Il s’éloigne à pas vif, motivé à l’idée de lui être enfin utile. Une fois seul avec la jeune fille,  l’allemand se tourne vers elle.

- Eh bien, tu sais choisir tes ennemis toi, dis-moi. Heureusement que je passais par là.

Il lui offre son habituel sourire amical. Joshua est sympathique. On l’apprécie, oh oui, mais pour ce qu’il n’est pas. Et c’est très bien comme ça... non ?
Revenir en haut Aller en bas
Descendante (STAFF)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/09/2018
Messages : 22
Drachmes : 40
Ascendance : descendante de Zeus et d'Aphrodite
Occupation : étudiante et seeker
Claribell S. Kayser-Leon
Descendante (STAFF)
Dim 16 Sep - 11:24
Pardon ?
Sa voix gronda comme un orage chargé de colère.

Son interlocuteur se racla doucement la gorge. “Avec les échos que nous avons eu sur votre mésaventure d’hier, nous estimons qu’il serait plus prudent que vous vous reposiez mademoiselle. C’est pour votre bien.” Il avait ajouté ces derniers mots précipitamment, comme pour essayer de l’apaiser.

Claribell releva le menton en se pinçant les lèvres, ostensiblement mécontente. Fidèle à ses habitudes princesse refusait de comprendre ce qui la contrariait, tout comme elle réagissait avec indignation dès qu’on lui suggérait qu’elle n’était pas capable de quelque chose. Elle n’était pas n’importe qui, oh ! Alors que lui, lui ; qui était-il pour savoir ce qui était mieux pour elle ?
Foutaises.

Et puis d’abord, comment est-ce que cet homme était au courant pour le combat de la veille ? Est-ce que c’était cette maudite fouine blonde qui avait tout raconté ? Oh, si elle lui mettait la main dessus… Mais avant, la blondinette avait une autre affaire à régler.
Sans délicatesse aucune, sa paume s’écrasa sur le comptoir. “Si vous êtes si bien renseigné, vous devez savoir que je n’ai fait qu’une bouchée de cette drakaina hier. Malgré cela vous m’estimez inapte à ramener un jeune demi-dieu sain et sauf ?” Elle laissa échapper un humpf ! contrarié en croisant les bras, avant d’ajouter plus fort : “Puisque c’est ainsi, je veux parler à vos supérieurs !

L’employé semblait désormais aussi irrité qu’elle, d’autant plus que les éclats de voix avaient attiré des regards curieux. Mais Claribell n’en avait cure, l’attention des autres ne la gênait pas plus que l’ire d’un monsieur personne. Elle restait parfaitement immobile, sans cesser de toiser le jeune homme en attendant qu’il se bouge enfin.
C’est alors qu’un tiers s’immisça entre eux le plus naturellement du monde, comme s’il n’avait rien saisi de la situation. La descendante leva un regard courroucé vers cet importun qui osait l’interrompre elle. Qui était donc ce malotru ?
Lorsqu’elle le reconnut, son visage se figea.

L’intrus fit habilement sortir ce fameux Danny de scène, avant de se tourner vers elle avec une remarque qui ne fit qu’ajouter à sa mauvaise humeur. Non mais pour qui se prenait-il ? D’abord il abat son ennemi sans qu’elle ne lui ait rien demandé, et maintenant ça ? Vraiment, celui-là manquait de manières. Elle tourna la tête dans un mouvement qui fit onduler ses boucles d’or, avant de répondre “Je ne vois pas de quoi tu parles. Et si ça ne te dérange pas j’aimerais que tu cesses de te mêler de mes affaires, avant que je ne porte plainte pour harcèlement.” Oui c’était exagéré, mais Claribell en avait ras le bol. Pourquoi cet inconnu la gênait, depuis hier ? Il la suivait vraiment ou bien ?


Revenir en haut Aller en bas
Demi-dieu (STAFF)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://imitheos.forumactif.org/t65-enjoy-life-joshua http://dark-knights-rpg.forumpro.fr/
Date d'inscription : 04/09/2016
Messages : 49
Drachmes : 23
Ascendance : Fils de Dionysos
Occupation : Boire
Joshua E. Rosenbach
Demi-dieu (STAFF)
Dim 16 Sep - 19:39
La demoiselle n’a pas l’air ravie du tout. Elle lui répond d’un ton sec, digne, et royale. Joshua se contente de hausser un sourcil. Et bien ça. Il ne sait pas de qui elle tient, mais elle a un certain tempérament. Et même, un tempérament certain. L’allemand hausse les épaules, totalement hermétique à sa mauvaise humeur.

"De rien, ça m’a fait plaisir de t’aider."

Est-ce qu’il se moque d’elle ? Totalement. Il faut qu’elle comprenne que la moindre des choses quand on reçoit un coup de main, c’est de dire merci, avant de critiquer. Ses parents ne lui ont jamais appris la politesse ? Joshua n’est pas du genre mesquin, mais ce type de manière l’agace, il ne loupe donc pas une occasion pour tourner au ridicule les personnes qui se comportent comme ça.

"Mais ne t’inquiète pas. La prochaine fois, promis, je te laisse crever comme une merde en bouffant du pop-corn. J’en ferai une pièce de théâtre, pour honorer ta mémoire. Ce sera spectaculaire ; une vraie tragédie grecque !" Joshua tend la main devant lui, le regard levé, paume ouverte. "« La fille qui ne voulait pas être aidée »." Son bras glisse vers la droite, illustrant ses propos, puis il le replace au même endroit pour reprendre. " Ou bien « Orgueil et fatalité ». Tiens, je te laisse même choisir le titre. "

La pauvre fille. Si elle espérait avoir le dernier mot avec lui, elle est bien mal tombée. Il a une répartie digne des plus grands dramaturges. Fort heureusement, Joshua n’est pas quelqu’un de malveillant. Il peut tourner au ridicule, pour donner une petite leçon, mais jamais en public. Il déteste toute forme d’humiliation. D’autant plus que, s’il se fit à sa première impression, elle a l’air particulièrement fière et susceptible, donc le sentiment d’humiliation serait à la fois plus intense, et plus facile à venir. Voyant son expression déconfite, lâche un rire.

"Fais pas cette tête, je plaisaaaaante. Relaaaax ! La vie est belle, pourquoi tu n’en profites pas ?"

Joshua a tout du hippie shooté au canabis ; on peut presque l’entendre répliquer « hey cool » en faisant un V avec son index et son majeur. Et en fait la vérité n’est pas si éloignée. S’il évite soigneusement les drogues dures, il a déjà eu recours plusieurs fois au hachich pendant des soirées. La sensation de planage il s’en souvient très bien. On se sent plus zen, en sécurité, hors d’atteinte des problèmes du quotidien. Ça peut être problématique lorsque vous avez un exam à réviser pour le lendemain, par contre…

"Tu devrais sourire plus souvent. On dit que si on fait trop la tronche dans sa jeunesse, on aura plus de ride après la cinquantaine. Tu ne veux pas finir toute fripée quand même."

Joshua est quelqu’un de plutôt tactile, avec les gens qu’il connaît. Mais il n’ira pas jusqu’à dessiner lui-même le sourire de la petite blonde en réhaussant la commissure de ses lèvres avec ses pouces. Toutefois ce n’est pas l’envie qui lui manque. Rien que d’imaginer la mine déconfite de cette pauvre citoyenne… Epique.

"Comment ça va depuis hier  ? Au fait, je m’appelle Joshua. Joshua Rosenbach." Il prononce le « ch » à l’allemande, en un r qui vient du fond de la gorge. "Et toi, Miss ? A moins que tu préfères que je t’appelle Miss. C’est bien aussi, Miss. Ça te va bien."

Un passant le hèle de loin pour le saluer. Joshua se tourne vers lui et le salue en serrant son index et son majeur contre sa tête puis les écarte, à l’américaine. Joshua est populaire. Joshua est sympathique. Mais Joshua n’est pas sincère. S’ils s’avaient.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loria [Grande Prêtresse]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés
» Xalith Vyk'zlade [Haute-Prêtresse] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imítheos :: Ierótheón :: Acropole-
Sauter vers: